topblog Ivoire blogs

22/11/2011

Guillaume le Conquérant " Quand Vénance Konan déshabille Soro Guillaume

Source : Telediaspora.net : du21/11/2011

( Slate Afrique ) Guillaume le Conquérant
«Guillaume, aujourd’hui, tu es le quasi vice-président de la Côte d’Ivoire. Quel chemin tu as parcouru, à seulement 39 ans, et malgré pas mal de casseroles. Chapeau, l’artiste!» Par Venance Konan.

Chapeau bas pour Guillaume Kibafory Soro, alias Bogota, de son nom de guerre du temps de la Fédération des étudiants et scolaires de Côte d'Ivoire, la Fesci. Tu mérites effectivement respect, Guillaume, au vu de ton parcours.
Chapeau, l’artiste!
Te souviens-tu de ce jour de 1998 où je te remis le trophée de l’homme de l’année dans mon bureau de rédacteur en chef d’Ivoir’Soir? A cette époque tu étais le frêle secrétaire général de la Fesci et nos lecteurs t’avaient plébiscité pour le titre d’homme de l’année, parce que tu donnais du fil à retordre au gouvernement de Bédié. Et j’avoue que cela me plaisait bien de te décerner le titre, parce que j’aime bien ceux qui cassent les pieds aux pouvoirs politiques.
A cette époque la Fesci ne réglait pas ses différends à coup de machette, ne tuait pas, ne violait pas, ne rackettait pas, et nous croyions que vous aviez raison d’exiger d’être formés dans de bonnes conditions. Nous ignorions que votre syndicat était l’appendice des partis d’opposition d’alors.Soro-regard.jpg


"

Les caciques du régime de Bédié m’en ont voulu pendant longtemps pour t’avoir donné cette consécration. Je sais que tu t’en souviens, puisque tu m’en as parlé le jour où nous nous sommes rencontrés à nouveau dans ton bureau de secrétaire général des Forces nouvelles à Bouaké. Tu étais alors le ministre d’Etat, chargé de la communication dans le gouvernement d’après Marcoussis. Et aujourd’hui, tu es le quasi vice-président de la Côte d’Ivoire. Quel chemin tu as parcouru, depuis ce jour de 1998! A seulement 39 ans, et malgré pas mal de casseroles. Chapeau, l’artiste!
Nous n’en croyions pas nos yeux
En 1998 donc, tu es étudiant à l’université d’Abidjan et secrétaire général de la Fesci. Tu étais né à Kofiplé, dans les environs de Ferkéssédougou, en pays Sénoufo, là-bas dans le grand nord ivoirien. En 1999 tu cèdes la place à Charles Blé Goudé et disparaît de la scène.
Tu ne réapparais qu’après la chute de Bédié, à la fin de 1999. En 2000 tu es le colistier d’Henriette Diabaté pour les législatives dans la commune de Port-Bouët. La candidature d’Alassane Ouattara est refusée et le Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire, le RDR, son parti sous les couleurs duquel tu voulais te présenter, se retire des élections. Tu disparais à nouveau.
Tu te caches dans un premier temps dans une villa inoccupée à Vridi-Cité, dans la petite cité dite des «50 villas». Je vais t’épater Guillaume. C’est dans cette villa que je vis depuis un peu plus de deux ans. Ce sont les voisins qui me l’ont dit lorsque je m’y suis installé. Le propriétaire de cette maison, un proche parent à moi, ne le savait pas. Il est tombé des nues lorsque je le lui ai dit. C’est cette maison qui a été pillée il y a environ un mois par les Fescistes de la cité universitaire de Vridi après que je me suis sauvé pour l’étranger.
Puis tu pars pour l’Europe. On te dit entre la Grande-Bretagne et la France, pour tes études. Tu réapparais à Ouagadougou peu avant la rébellion. La presse ivoirienne a publié des photos de toi faisant la java dans une boîte de nuit de Ouagadougou en compagnie de ceux qui apparaîtront plus tard comme des chefs de guerre. Les Ivoiriens ne te reverront qu’en 2002, lorsqu’éclate la rébellion. Tu en es le porte-parole.
Nous n’en croyions pas nos yeux. Toi, le jeune étudiant qui n’avait même pas encore fini ses études, à la tête de ce gros truc? Nous pensions tous que tu étais un paravent pour masquer les vrais parrains de la rébellion. Et comme ton ancien camarade Blé Goudé qui disait qu’en te regardant il voyait un cadavre ambulant, personne ne donnait cher de ta peau. On parlait de massacres commis par tes hommes à Bouaké, de fils de gendarmes tués, de charniers, de viols. Moi j’étais convaincu que tu finirais au mieux devant un tribunal international, comme Jean-Pierre Bemba.
Ministre d’Etat à 31 ans à peine
Et puis il y a les négociations de Linas-Marcoussis en janvier 2003. Tu en sors ministre d’Etat. A 31 ans à peine. Mais tes débuts de ministre se passent plutôt mal. Tu manques de peu de te faire lyncher par les «jeunes patriotes» de Blé Goudé le jour où tu décides d’aller visiter la télévision. Tu te retires à Bouaké, le fief de ta rébellion. C’est là-bas que tu m’accorderas en 2003 une longue interview qui paraîtra sur trois éditions de Fraternité Matin, et qui me vaudra l’inimitié profonde des supporters de Laurent Gbagbo, pour t’avoir donné la parole à toi, le rebelle, dans le journal gouvernemental. Tes gens venaient de cambrioler l’agence de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest de Bouaké et roulaient en carrosse. Ils avaient tous au moins trois téléphones portables dans les mains, au cou, car un bon rebelle qui se respecte doit avoir plusieurs téléphones.
Quelque temps plus tard, j’ai pu photographier ta luxueuse maison et celles de quelques-uns de tes chefs de guerre à Ouagadougou. Je sais que tu n’as pas beaucoup apprécié que je montre aux Ivoiriens vos petits secrets ouagalais. Plus tard, des divergences apparaissent entre toi et Ibrahim Coulibaly dit «IB», que l’on présentait comme le père originel de la rébellion à qui tu aurais ravi la première place. Vous réglez le contentieux à coup de fusils. On compte plusieurs dizaines de morts à Bouaké. Il y a le fameux Kassoum Bamba, «Kass», chef militaire dont le corps est même brûlé. A Korhogo, ton chef de guerre Martin Kouakou Fofié enferme des dizaines de personnes dans des conteneurs exposés au soleil. Ils meurent tous. Et Fofié est sanctionné par l’ONU.
En 2006, tu deviens le ministre d’Etat chargé de la reconstruction dans le gouvernement de Charles Konan Banny. Tu ne reconstruis évidemment rien du tout. En 2007, Laurent Gbagbo, qui cherchait tous les moyens de retarder l’élection présidentielle, sort de son chapeau le dialogue direct avec toi. Vous dialoguez à Ouagadougou, et tu deviens le Premier ministre de la Côte d’Ivoire à 35 ans. Qui dit mieux? Mais peu de temps après, un mystérieux commando tire des roquettes sur ton avion à son atterrissage à Bouaké. Quatre de tes compagnons sont déchiquetés, mais toi tu en sors indemne. Il faudra me donner l’adresse de ton féticheur. On m’a dit que tu es très attaché aux croyances traditionnelles et que tu fréquentes beaucoup les féticheurs. Jusqu’à ce jour nous ne savons pas qui a tiré sur ton avion.
Ton attelage avec Laurent Gbagbo fonctionne tant bien que mal —plutôt bien que mal— au point où vers la fin de son règne, il ne tarissait pas d’éloges à ton égard. Il a dit à plusieurs reprises que tu as été le meilleur de ses Premiers ministres. Tu sais que j’ai été l’un de ceux qui disaient qu’il y avait un deal entre vous deux. Il te laissait faire ce que tu voulais au Nord, que tes chefs de guerre ont pillé sans vergogne (...).
Quoi d’autre?
Pendant ce temps tu prends de l’embonpoint. Je sais que tu aimes la bonne chère. Tu aimes la cuisine européenne, mais tu apprécies surtout le tô de chez toi à base de farine de manioc, avec la sauce Tchonron faite avec des feuilles de patates ou de manioc. Tu aimes bien le whisky, le bon vin et le champagne comme tout bon Ivoirien qui a réussi. Tout ça, tu sais bien que ce sont tes proches qui me l’ont dit. Je sais même que tu as fait un régime pendant un certain temps pour perdre un peu de poids.
Aimes-tu aussi la bonne chair? Je suppose que tu es comme tout bon Ivoirien. Ce que je sais c’est que tu as eu trois enfants avec une certaine Sylvie Tagro, de l’ethnie Bété, du village de Zakoua dont son père était le chef. Il est décédé il y a quelques mois. Ça je le sais parce que mon meilleur ami vient de ce village situé à sept kilomètres de Daloa et que je connais bien. Les enfants de Sylvie vivent quelque part dans une banlieue de Paris. Tu as eu un autre enfant avec une femme burkinabè prénommée Kady. Je sais aussi que de ton passage au petit séminaire de Katiola lorsque tu étais au collège, tu as gardé de très fortes relations avec un prêtre français du nom de Marcel Dussud, que tu considères comme ton père spirituel et qui vit à Lyon. Tu as même prénommé ton premier fils Marcel Dussud Soro.
Quoi d’autre? Tu adores les gadgets électroniques, les téléphones portables dernier cri, et les belles voitures. On m’a dit que tu en possèdes une bonne dizaine et que Kadhafi t’a même offert une BMW blindée. Tu es aussi un inconditionnel du chanteur congolais Koffi Olomidé que tu écoutes partout; chez toi, en voiture. Tu lis aussi beaucoup, surtout les écrivains ivoiriens (m’as-tu lu?), les biographies des grands hommes politiques, tous les livres sur le Mossad et les services secrets israéliens, français, et américains, tu as dévoré les mémoires de Jacques Foccart http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Foccart , et côté cinéma, tu te fais envoyer de France les derniers films. Il y a un an, au moment où je cherchais à mieux te connaître, tu t’étais fait offrir les films de Mr Bean et ceux touchant à la Seconde Guerre mondiale. Tu aimes aussi le football et tu es un supporter de l’ASEC d’Abidjan. Voici en gros pour ton côté jardin.
Tu as eu le nez creux
Revenons à Laurent Gbagbo, qui fut ton idole lorsque tu militais à la Fesci. Ensemble, vous avez réussi à reporter l’élection présidentielle en 2007, 2008, 2009 et ce n’est qu’à la fin de 2010 qu’elle s’est tenue. Avec les résultats que l’on sait. Beaucoup de gens te soupçonnent d’avoir voté pour Laurent Gbagbo au premier tour, dans l’espoir de demeurer son Premier ministre. Mais tu as su bondir sur la branche de Ouattara lorsque tu as vu que celle où se trouvait Laurent Gbagbo avait toutes les chances de casser. Tu as eu le nez creux. Et personne ne saurait nier que si Ouattara peut aujourd’hui entrer au palais présidentiel, c’est grâce à toi et ton armée que tu as finalement eu la bonne idée de ne pas désarmer. Même si au passage on parle de massacres perpétrés par tes hommes à Duékoué.
Que te reste-t-il, Guillaume? Ministre d’Etat comme premier job dans la vie à 31 ans, Premier ministre à 35, sauveur de la République et de la démocratie à 39; que te reste-t-il? Bien sûr que nous le savons. Il te reste à être président de la République pardi! Mais auras-tu la patience d’attendre? D’attendre que les mauvais souvenirs des exactions et des rapines que tes hommes et toi avez laissés à Bouaké et dans les zones que vous contrôliez se soient estompés?

Venance Konan
Publié par Slate.fr

Les commentaires sont fermés.