topblog Ivoire blogs

29/09/2011

Régime Ouattara, vers une fin irréversible

Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur d’Alassane Ouattara était récemment en visite au Ghana. Une visite de travail au cours de laquelle il a rencontré les exilés ivoiriens vivants dans ce pays. Les propos qu’il leur a tenus, lors de cette rencontre, ont fait la une des journaux proches du pouvoir, qui s’en sont donnés à cœur joie : « Arrêtez de rêver à des coups d`Etat » ou encore: « Aucune magie ne peut faire revenir Gbagbo au pouvoir ». Dans cette Côte d’Ivoire, version Alassane Ouattara, il est récurent de voir des ministres de la république étaler leurs carences politique sur la place publique: des bourdes Mme Kandia Camara, en passant par les dérives verbales de Koffi Koffi Paul, la liste de carences, vient de s’enrichir de celle du sieur Hamed Bakayoko. Mais ne dit-on pas que l’élève est à l’image du Maître ? Hamed Bakayoko, en effet n’a fait que traduire, par ses propos, la vision politique du régime d’Alassane Ouattara sur la situation que vit la Côte d’Ivoire. Pour ce régime, les populations proches de Laurent Gbagbo, notamment les ivoiriens réfugiés au Ghana, cherchent à opérer un coup d’Etat qui mettrait le Président Laurent Gbagbo au pouvoir. Pour le peuple ivoirien réputé pacifique, quoique résistant, cette appréciation des choses est tout à fait biaisée, car, dit-on, faire de la politique, c’est être capable d’avoir une bonne appréciation de la réalité. Et ne vient pas en politique le premier aventurier. Surtout lorsqu’on aspire à diriger une nation. La politique est un métier, une activité noble qui s’exerce avec aisance et habilité et qui ne souffre pas d’amateurisme. D’ailleurs, les amateurs politiques, tout de suite, on les reconnait. Dixit Laurent Gbagbo. En Côte d’ivoire, les amateurs en politiques sont connus : il s’agit de Ouattara et de son équipe gouvernementale. En effet, accuser les ivoiriens qui se reconnaissent en Laurent Gbagbo, de vouloir fomenter un coup d’Etat, c’est faire preuve de peu de sens critique. Car en réalité, ces ivoiriens ont pleinement épousé la vision de celui qui a affirmé : «… j’ai passé trente 30 années à lutter dans l’opposition sans prendre le moindre fusil, sans soulever le moindre couteau, ni la moindre aiguille. Et cela n’était pas dû à la personnalité du président Houphouët, ni à son charisme, mais cela était plutôt dû à la conception que j’ai de la politique ». De même, faire croire à ces ivoiriens qu’ils doivent oublier celui qu’ils ont élu pour leur dignité, c’est leur faire une injure et hisser le mépris à son paroxysme. Si Ouattara croit que le renversement de son régime, par un coup d’Etat militaire, viendrait des ivoiriens proches de Gbagbo, le délivrant ainsi des griffes de ses créanciers occidentaux, qu’il se détrompe très vite, car les causes de son imminente chute se trouvent ailleurs. A travers les non-dits du ministre de la république, nous verront comment ce régime si fébrile, porte en lui-même, les germes de sa chute et sème les ingrédients qui l’y conduiront irréversiblement.

Lire la suite

Régime Ouattara, vers une fin irréversible

Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur d’Alassane Ouattara était récemment en visite au Ghana. Une visite de travail au cours de laquelle il a rencontré les exilés ivoiriens vivants dans ce pays. Les propos qu’il leur a tenus, lors de cette rencontre, ont fait la une des journaux proches du pouvoir, qui s’en sont donnés à cœur joie : « Arrêtez de rêver à des coups d`Etat » ou encore: « Aucune magie ne peut faire revenir Gbagbo au pouvoir ». Dans cette Côte d’Ivoire, version Alassane Ouattara, il est récurent de voir des ministres de la république étaler leurs carences politique sur la place publique: des bourdes Mme Kandia Camara, en passant par les dérives verbales de Koffi Koffi Paul, la liste de carences, vient de s’enrichir de celle du sieur Hamed Bakayoko. Mais ne dit-on pas que l’élève est à l’image du Maître ? Hamed Bakayoko, en effet n’a fait que traduire, par ses propos, la vision politique du régime d’Alassane Ouattara sur la situation que vit la Côte d’Ivoire. Pour ce régime, les populations proches de Laurent Gbagbo, notamment les ivoiriens réfugiés au Ghana, cherchent à opérer un coup d’Etat qui mettrait le Président Laurent Gbagbo au pouvoir. Pour le peuple ivoirien réputé pacifique, quoique résistant, cette appréciation des choses est tout à fait biaisée, car, dit-on, faire de la politique, c’est être capable d’avoir une bonne appréciation de la réalité. Et ne vient pas en politique le premier aventurier. Surtout lorsqu’on aspire à diriger une nation. La politique est un métier, une activité noble qui s’exerce avec aisance et habilité et qui ne souffre pas d’amateurisme. D’ailleurs, les amateurs politiques, tout de suite, on les reconnait. Dixit Laurent Gbagbo. En Côte d’ivoire, les amateurs en politiques sont connus : il s’agit de Ouattara et de son équipe gouvernementale. En effet, accuser les ivoiriens qui se reconnaissent en Laurent Gbagbo, de vouloir fomenter un coup d’Etat, c’est faire preuve de peu de sens critique. Car en réalité, ces ivoiriens ont pleinement épousé la vision de celui qui a affirmé : «… j’ai passé trente 30 années à lutter dans l’opposition sans prendre le moindre fusil, sans soulever le moindre couteau, ni la moindre aiguille. Et cela n’était pas dû à la personnalité du président Houphouët, ni à son charisme, mais cela était plutôt dû à la conception que j’ai de la politique ». De même, faire croire à ces ivoiriens qu’ils doivent oublier celui qu’ils ont élu pour leur dignité, c’est leur faire une injure et hisser le mépris à son paroxysme. Si Ouattara croit que le renversement de son régime, par un coup d’Etat militaire, viendrait des ivoiriens proches de Gbagbo, le délivrant ainsi des griffes de ses créanciers occidentaux, qu’il se détrompe très vite, car les causes de son imminente chute se trouvent ailleurs. A travers les non-dits du ministre de la république, nous verront comment ce régime si fébrile, porte en lui-même, les germes de sa chute et sème les ingrédients qui l’y conduiront irréversiblement.

Lire la suite