topblog Ivoire blogs

30/09/2011

POUR NE PAS QUE LE MENSONGE DEVIENNE VERITE , la déclaration des avocats du Président GBAGBO

Source : Telediaspora.net du 30/09/2011


Le président de la République de Côte-d’Ivoire est astreint au respect de certaines obligations, bien qu’il soit le détenteur exclusif du pouvoir exécutif. Ainsi il veille au respect de la Constitution et des engagements internationaux ; il est garant de l’indépendance de la Magistrature et assure l’exécution des décisions de justice.

C’est, donc, avec effarement qu’on a pu lire dans la presse cette exhortation, aux ivoiriens et prêtée à SEM OUATTARA, président de la République de Côte-d’Ivoire : « s’opposer à une décision de justice, même rendue en dernier ressort, lorsqu’on l’estime inique ou injuste ».

Ces propos tenus, selon le quotidien Fraternité matin, lors de la prestation de serment du Président de l’institution chargée de la régulation du droit, étaient prémonitoires quant au respect du droit et à l’avènement de l’Etat de droit en Côte d’Ivoire.

En effet, aucune loi de la République n’autorise personne ni le président de la République à s’opposer à des décisions de justice quelles qu’elles soient ; encore que c’est au président de la République qu’il incombe l’obligation de les faire exécuter en leur état !

SEM OUTARRA souhaitait que les juridictions ne donnent plus à personne l’occasion de se révolter violemment contre une décision de justice ; rapporte encore le quotidien.
Ce souhait semble être un leurre car les décisions iniques et injustes continuent d’avoir cours, avec pour cible notamment Monsieur Laurent GBAGBO, Président de la République de Côte d’Ivoire, des membres de sa famille, des collaborateurs et de simples citoyens qui ont commis le crime d’avoir choisi Laurent GBAGBO comme celui devant exercer en leur nom la souveraineté.

Lire la suite